dimanche 22 avril 2012

Vestales, malléoles et Lofoten






Le papa (s'adressant à ses enfants):

"The mill's closed! There's no more work. We're destitute."
(les enfants geignent)
"Come in, my little loves. I've got no option but to sell you all for scientific experiments."

"L'usine est fermée! Il n'y a plus de travail. On n'a plus rien.
Venez, mes petits anges. Je n'ai pas d'autre choix que de tous vous vendre pour des expérimentations scientifiques."

Michael Palin, dans Monty Python's The Meaning of Life
The Miracle of Birth: Part 2: The Third World (Yorkshire)

Le papa et les enfants, The Meaning of Life, 1983



Je vous l'avais promis (voir Marcel et sa madeleine, Fred et sa dringaille): revenons un instant sur la racine proto-indo-européenne *melǝ- (ou *mel-).

Cette racine véhiculait la notion de broyer, écraser, moudre, concasser...

(Attention, une racine similaire, *mel-, véhiculait, elle, la notion de douceur, d'adoucissement.
J'en parlerai très certainement lors d'un autre "dimanche", car elle est aussi pleine de surprises...)

Ici Frédéric depuis le futur: 
- Depuis, j'en ai parlé!!! Il a fallu le temps, mais bon... Oui, lisez plutôt Sainte Mildred de Thanet? Du mouton la douceur, de Thanet le cuir.


Dans la société indo-européenne, la culture du grain et les activités en découlant devaient occuper une place centrale.

D'où les nombreux dérivés de *melǝ- que l'on peut encore trouver dans les langues indo-européennes actuelles.

En français, en passant par le latin "molo" - moudre, nous en avons hérité "meule", et tous ses dérivés: moulin et meuleuse, moudre et meuler, meunier, ou même mil ou millet: le grain à moudre...

En anglais, on trouve notamment "meal" (la farine), et "mill": moudre, mais aussi le moulin, et par extension l'usine, la fabrique.

Le Moulin de la Galette, Van Gogh
(tellement fou que toute sa vie,
il a cru qu'il faisait de la musique)


Les Romains parlaient d'une meule comme d'une lapis molaris: une pierre qui meule.

De cette construction, nous avons oublié le sujet, pour ne conserver que l'adjectif...
La molaire, c'est la dent qui meule, qui broie.

Meule de l'époque romaine
(ce qui explique la photo en noir et blanc)


Ce qui est nettement plus curieux, c'est que le mot "émoluments" (honoraires des officiers ministériels, salaires des fonctionnaires, ou même, en Droit, la "part des bénéfices de la communauté revenant à chacun des deux époux") provient de la même racine.

La raison? Tout simplement parce qu'à l'origine, le terme désignait la somme que l'on payait spécifiquement au ... meunier pour moudre le grain!


Et il y a encore plus fort: lors des rituels sacrificiels, les Romains déposaient sur le front de la pauvre bête qu'ils allaient offrir aux Dieux, une sorte de galette confectionnée par les Vestales à partir de farine d'épeautre et de sel.

Cette farine de grain salée, c'était la mola salsa, littéralement: la "farine salée".

Et cette phase du sacrifice où on l'apposait sur le front de l'animal, c'était l'"immolatio".

Et oui, c'est de là que nous vient "immolerimmolation".

Mola salsa


De *melǝ-, toujours, nous avons hérité, par le latin malleus, du marteau et du maillet, instruments permettant de concasser, d'écraser.

"Malléable" en est issu: est malléable ce qui peut s'aplatir, s'étendre sous l'effet du marteau...


De là aussi, les malléoles, ces petits marteaux...

Selon vulgaris-medical.com,

"La cheville est une articulation constituée d'une pièce osseuse qui pénètre dans une autre comme le ferait un coin. Ce segment du membre inférieur unissant la jambe au pied, constitué par l'articulation tibiotarsienne ainsi que par les tissus en périphérie de cette articulation, présente deux proéminences ou saillies:

  • La malléole interne appelée également médiale ou tibiale qui correspond à l'extrémité inférieure du tibia.
  • La malléole externe appelée également latérale, péronière ou fibulaire qui correspond à l'extrémité inférieure du péroné."


Ben oui, face interne de la cheville



Connaissez-vous l'ancien jeu de maille?
A l'origine, le pallamaglio, un jeu italien signifiant littéralement "balle - maillet".
Devenu en anglais pall-mall, il est à l'origine du croquet, voire du golf...

Ce jeu consistait à envoyer une balle en utilisant une maille - un petit maillet - sous un petit arceau.

(A noter que pour certains, c'est parce que cet arceau était constitué de paille que le mot anglais, cette fois emprunté au français, serait devenu pall-mall...)

Pall-mall


A présent, une petite devinette...

Une meule, pour meuler, tourne, nous sommes d'accord?

Maintenant, je vous précise que la racine proto-indo-européenne qui signifiait "couler", dans le sens du flux, du courant d'eau, c'était *sreu-.

C'est sur cette racine que s'est construit l'anglais "stream": la rivière, le ruisseau, le courant (le fil de l'eau).


Maintenant, associons *melǝ- et *sreu-. Nous obtenons donc: *melǝsreu.


Cela vous évoque-t-il quelque chose?


Allez: pensez à "un courant d'eau qui tourne"...

...


...


Ca y est?


Oui, bien sûr: le maelstrom.


Un maelstrom ou malstrom est un puissant tourbillon qui se forme dans la mer ou dans un fleuve.
Il peut être créé par un courant de marée ou par le courant d'un fleuve.

Le terme provient en fait d'une zone particulièrement agitée par le courant de marée entre deux des îles Lofoten en Norvège.

Les îles Lofoten.
C'est beau, mais bon, 'faut aimer le rouge.



"Maelstrom" provient du danois malstrøm, "strøm" nous venant du proto-indo-européen *sreu- par le germanique *straumaz, qui a donné aussi le vieux norrois straumr, le same du nord ström, le norvégien straum, le néerlandais stroom, ou encore le vieux frison stram.

The maelstrom au large de la Norvège,
par Olaus Magnus sur la Carta Marina, 1539



Une petite dernière, pour retrouver le calme après la tempête...

En vieux slave, *melǝ- s'est transformé en mъlinъ ("mlinje"): "moudre".

"mъlinъ" nous a donné le russe блин ("blin", à prononcer "blinne"): la crêpe, la galette!!!

Au pluriel, blinis (блины: "blineu").

(Donc, si possible, ne parlez pas de bliniSSS, mais bien de "blini", ou "blineu". 
Le "s" n'est que la lettre française marquant le pluriel, et ne provient pas de la prononciation originale...)


Notez également que les blinis russes sont traditionnellement une variété de galette épaisse, sorte de pancake très fin souvent servi en relation avec un rituel ou des fêtes religieuses.

Bien différents des petites crêpes épaisses que l'on vend par chez nous sous le même nom...

Blinis


Mais on s'en fout, c'est aussi bon.





Frédéric


Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...